Trois points forts

Une qualité de vie améliorée

Les Genevois s’accordent à dire que la situation autour du rond-point est intenable, tant pour les piétons et les cyclistes que pour les automobilistes. Il est temps de rendre au Rond-point de Rive sa beauté historique et son statut de lien naturel entre rues commerçantes et promenades en bord de lac.

C’est la suite logique d’une démarche de longue date qui a vu les places du Molard, Fusterie, et Longemalle renaître. Après des années d’allers-retours politiques, la Place du Molard a finalement été piétonnisée et personne aujourd’hui, que ça soit passants ou commerçants ne regrette sa transformation.

  • Un projet de demain pour une Genève plus conviviale pour ses habitants
  • Une sécurité accrue pour tous autour du rond-point
  • Plus d’éclairage au centre-ville
  • Une diminution sonore importante

Molard 1896

Les citoyens profitent de la place

Molard 1972

La route et ses voitures avaient chassé les piétons

Molard 2004

La piétonnisation a redonné vie à cet espace public

“Aucun citoyen ni commerçant ne regrette cette transformation et le retour de la convivialité.”

Pour la multimodalité pragmatique

La multimodalité, le fait d’utiliser plusieurs modes de transport pour effectuer un trajet, fait partie du quotidien d’un nombre toujours croissant de Genevois. Piéton le matin, utilisateur TPG à midi, cycliste l’après-midi et automobiliste le soir, la multimodalité pousse les citoyens à choisir et mélanger les moyens de transport selon leurs besoins, sans pour autant leur retirer la liberté de choix.

Avec une population toujours plus mobile, la Ville mise sur la multimodalité et la croissance sans précédent de l’électromobilité à

Genève (voitures, scooters et vélos) comme la solution progressiste et pragmatique pour le ralentissement du rythme de vie au centre-ville.

Le projet de la Ville, dans la logique de la LMCE (Loi pour une Mobilité Cohérente et Equilibrée, plébiscitée par les Genevois), encourage l’utilisation multimodale de tous les modes de transport à disposition: la marche, le cyclisme, l’utilisation de véhicules électriques et transports publics ainsi que les options de car-sharing mobility sans pour autant pénaliser les automobilistes.

  • Fini les rues engorgées de places de stationnement
  • Fini les voitures qui tournent en rond pour chercher une place
  • Fini l’encombrement des trottoirs du centre-ville
  • Un stationnement des véhicules organisé
  • La diminution des pollutions
  • Une solution réfléchie pour tous les usagers

La volonté des Genevois

Pour un Centre-Ville Piéton est un projet conforme à la volonté du peuple exprimée en 2016 par 68% des votants en faveur de solutions de mobilité équilibrées et cohérentes (loi LMCE), donnant le mandat au Canton d’encourager la multimodalité en créant des zones piétonnes et des parking en sous-sol pour compenser les places supprimées en surface.

La compensation des places en surface reste une obligation légale à l’heure actuelle, et mettre en oeuvre une initiative pour la supprimer est irréaliste et certainement repousserait la création de la zone piétonne de 10 ans au minimum. La piétonnisation sans hub de mobilité c’est ne pas prendre en compte les besoins de tous.

La résolution heureuse d’une saga politique qui pénalise le quartier depuis 30 ans

Un partenariat public-privé accepté deux fois par le Conseil Municipal, en 2011 et 2019

Une opposition prête à sacrifier le projet de piétonnisation à des fins purement politiques

Le fruit de 10 ans de concertation politique intense

Une opposition dogmatique sans contre-projet concret sur la table

Y renoncer = repartir pour au moins 10 années de débats et d’immobilisme